Remous ou cavitation ?

Discussion dans 'Techniques kayak' créé par Vincent09130, 22 Mai 2017.

  1. Vincent09130

    Vincent09130 Membre bien connu !

    Bonjour,


    Au pagayage, pendant la passée, spécialement par vent contre ou quand je force, on voit très nettement une phase gazeuse en avant de la pale. Est ce un remous ou de la cavitation, j'imagine que ce phénomène diminue le rendement.
    Comment y remédier?
    PS: J'utilise une pagaie BRAČA Typhoon 60, je crois que la surface de la pale est de l'ordre de 690 cm2.
     
  2. philm76200

    philm76200 Membre bien connu !

    salut

    La prise d'eau est un moment crucial, précis et rapide pour trouver le bon appui. Comme tu bouges ta pale, que le kayak avance + ou - vite, que le milieu n'est pas forcément stable, que ta équilibre peut varier...: il faut s'adapter en permanence. C'est une subtilité du kayak.
    Dès que tu modifies l'angle d'attaque du manche et de la pale, que tu tires avant que la pale ne soit complètement immergée, que tu forces...: tu vas dégrader ta prise d'eau "à faible allure".

    Pour y remédier, il faut pagayer avec des situations d'apprentissage ou de perfectionnement en marquant de forts contrastes.
    Même les bons musiciens font des gammes, alors pourquoi en faire?

    On utilise souvent la même pagaie et on y fait souvent plus attention. Retournes là, en inversant la face propulsive. Pagayes 2 minutes avec, et reprend là normalement. Recommences, régulièrement...
    Même principe, retournes là pour avoir la pale droite à gauche et la bâbord à tribord. Pagayes 2 minutes avec, et reprend là normalement. Recommences, régulièrement...
    A chaque fois tu sentiras ta pagaie différemment.

    Si tu pagayes en groupe, échange de pagaie pour avoir d'autres sensations.

    Si tu as une pagaie vario, change les angles et la longueur sur des temps courts, puis reprends ta longueur usuelle.

    Ta pagaie n'aura aussi pas la même réaction que d'habitude, tu vas devoir d'adapter et modifier ton geste. Cela va affiner tes sensations et permettre de pagayer encore plus finement, de façon efficiente.

    Au début des exos, tu vas faire plein de bulles, avoir un coup dégradé, mais tu vas progressivement changer le geste.

    Autres éducatifs, en décomposant ton geste avec des temps d’arrêt marqués(3" ou plus) avec la pale juste au dessus de l'eau.
    La prise d'eau correspond en faite a un relâchement musculaire des membres supérieurs: il n'y a pas besoin de forcer, la pesanteur fait tomber la pale.
    Pendant l’arrêt, essayes de voir l'angle que tu donnes à la pale. L'objectif est de sentir par l'ovalisation mais surtout par la coordination musculaire fine l'angle que tu donnes.
    Es tu symétrique dans la gestuelle? Même qualité des 2 cotés? perso je dois être vigilant à gauche que se soit avec une typhoon, une cuillère ou une trad.

    En eau calme, le bruit peut être un indicateur. Un plouf n'est pas bon signe...

    Reproduis cet exo, à différentes allures de vent, de forces, de vagues, en fermant les yeux.

    Tu peux aussi varier la cadence, voir réduire l'amplitude pour ne pagayer que sur le 1er quart de la propulsion; en prise de vague à haute fréquence, ou sur des series de 10 coups intenses...

    Quelque soit la pagaie, elle tombera toujours rapidement et précisément si tu lui donne la bonne trajectoire.
    Change de kayak et tu auras peut être aussi un nouvel équilibre global à gérer qui impactera ou non ta prise d'eau.

    Quand on force, en propulsion, on a tendance a ne plus dissocier relâchement de la prise d'eau et propulsion: on se durcit.
    Arriver à garder ce relâchement quelque soit l'intensité ou la fréquence: c'est une qualité technique. Cela se travaille.

    J'espère que cela te renseigne un peu.

    a+
     
    Vincent09130 apprécie ceci.
  3. Vincent09130

    Vincent09130 Membre bien connu !

    Merci pour cette réponse détaillée, je vais suivre tes conseils et j'espère m'améliorer.
    C'est vrai que le geste change avec le Kayak et aussi avec les conditions.
    Sur de longs trajets j'ai aussi tendance à varier le geste, pour éviter la fatigue (angle +ou - haut)
    beaucoup de choses à travailler donc.
    Merci encore
     
  4. philm76200

    philm76200 Membre bien connu !

    C'est tellement super comme sensation qd le kayak glisse bien sans se durcir, dans la fluidité...

    Sur du long, c'est encore plus important, sauf si on a une réserve énergétique inépuisable...ce n'est pas mon cas, donc je pense à ma technique pour avancer sans bourriner

    a+
     
  5. Philippe

    Philippe Administrator Membre du personnel

    Je viens de pagayer trois jours dans la "petite mer" Dans le sud du Golfe , là où l'eau est plus claire , je regardais parfois le remous devant la pale . Un instant, un vide apparait devant le bord supérieur, ensuite se produit une avalanche d'eau et de bulles. Au soleil c'était magnifique, d'un point de vue vidéaste. il faudra filmer cela un jour.

    Parmi le public à Port Navalo, j'entends quelqu'un réagir à la vison d'un "kayak de mer" Cela lui rappelle je jour où il a loué un "kayak" . Quand il donnait 3 coups de pagaie , le kayakiste de mer à côté n'en donnait qu'un!
    Parmi les rencontres sur la berge j'ai aussi entendu me certifier que les S.O.T. étaient de véritables "canoës-kayaks" "c'est le vendeur qui la certifié". J'ai aussi rencontré par deux fois un homme qui prétend se mettre au kayak ponté sans jupe. Celui qui avait déjà expérimenté cela avec désagrément m'a particulièrement agacé.
     
  6. philm76200

    philm76200 Membre bien connu !

    Re
    Hier, pleins de petits ploufs mais pas de gros...
    Hier sortie en surfski, pagaie cuillère, vent f3/4, du clapot hauteur de tête et qui croisait...
    C'était aussi ma première sortie, dans ces conditions depuis plusieurs mois.
    J'ai fais plusieurs boucles pour alterner remontées au vent et retours au surf.

    C'était super, même si je n’emmenais pas large...un peu crispé, je me suis récupéré plusieurs fois avec des appuis "sauvetage", mais je ne suis pas passer à l'eau.

    Avec un équilibre instable par moment, j'ai eu des prises d'eau qui faisaient du bruit, pas précises et tout en force. Là, pas question de regarder si il y avait des bulles autour des pales, avec un regard placé devant la pointe pour essayer d'anticiper les mouvements de la coque.
    J'ai réduis la longueur de la pagaie, mais je l'ai fais proche de la plage, au cas où je bricole...

    Mon objectif était de me relâcher globalement pour ne pas perdre en précision, pour ne pas griller de l'énergie, pour glisser...
    Dès que je sens une instabilité importante, je me crispe, je force avec les jambes, verrouille avec le bassin, durcit le dos et je perds en précision à la prise d'eau, donc en propulsion.
    Et puis il y a des moments, ou j'arrive à rester relâché: là c'est le pied! le bateau glisse, la propulsion est efficiente, j'enchaîne les surfs sans me griller physiquement.
    Bref, j'ai de quoi faire pour arriver à reproduire un geste en conditions calmes, dans des conditions plus agitées.
    L'avantage en surfski, c'est tellement sensible, sans calage des genoux, léger, surfant sur pas grand chose, que l'on ressent encore autrement le plan d'eau, que c'est différent à chaque sorties.

    a+
     

Partager cette page